Réglages et accastillage disponible pour régler les voiles

Les possibilités pour régler les voiles d'avant et la grand-voile

Aujourd'hui, la plupart des voiliers modernes sont livrés avec un équipement basique qu'il faut souvent étoffer, pour pouvoir parer aux coups de vent et aux houles croisées.

Découvrez l'équipement de réglage maintenant »

Qu'est-ce que régler une voile et à quoi servent les instruments de réglage ?

Le terme "régler", employé par un marin, signifie adapter les voiles aux conditions, à la direction et à la vitesse du vent. Les outils et les équipements d'accastillage optimisent l'ajustement du profil de la voile (sa troisième dimension), son angle et sa vrille. Les équipements et les outils d'accastillage ne se contentent pas d'améliorer la maniabilité de la voile, mais aussi la propulsion du voilier.

Comment obtenir un réglage efficace ?

Une gestion fonctionnelle de la voile est rendue possible en réglant le gréement de manière différente, en modifiant les tensions du gréement dormant et la position des points d’écoute. Les conditions préconisées pour le réglage efficace d’une voile utilisée dans un vent fluctuant sont de régler correctement l’inclinaison du mât sur l’arrière (la « quête ») ainsi que la tension du gréement dormant. Une attention particulière doit être portée à la tension correcte du haubanage et des étais à effectuer au port par temps calme. Une fois les réglages effectués, assurez bien les cages de ridoir (contre-écrous, goupilles). En navigation au près, il est normal, bien sûr, que les bas-haubans sous le vent perdent une certaine tension, étant donné la forte pression exercée sur le gréement.

Quelles sont les options pour régler la voile d'avant ?

1. Régler la voile d’avant avec la bordure

Dans la brise légère, la voile d’avant travaille plus efficacement si elle n’est pas bridée avec une chute presque fermée. Ainsi, une pression s’exerce rapidement, même en cas de brise légère. Quand le vent augmente, le profil de la voile s’aplatit. Cela augmente le dévers dans sa partie supérieure. Il se produit l’effet suivant : l’énergie du vent est transformée en énergie de propulsion du voilier, le navire avance, ce qui provoque une perte de pression sur la barre. Le réglage de la grand-voile s’effectue essentiellement sur le guindant et la bordure. Le guindant est initialement contrôlé en relâchant sa tension, ce qui a pour effet de modifier la position du creux de la voile, donc son centre de poussée.

2. Régler la voile d'avant avec le pataras

Le même effet se produit si l’étai est détendu, quand la chute est fermée, créant ainsi un plus grand creux. Ces deux situations accroissent la pression sur la voile, ce qui conduit à une augmentation de la gite et une perte de vitesse. Ce réglage est recommandé par brise légère, afin d’augmenter la pression sur la voile. Néanmoins, si le vent forcit, la tension sur l’étai doit être augmentée pour maintenir la position du centre de poussée (le creux) et obtenir un profil de voile aplati. Comment contrôler cet effet ? Simplement en réglant le pataras au moyen d’un ridoir, vérin, simple palan ou palan en cascade. La géométrie du gréement est contrôlée par la tension du pataras et de ce fait, la tension de l’étai qui permet de réguler le creux de la voile d’avant

Quelles sont les options pour régler la voile d'avant ?

Ces dernières années, la taille des grand-voiles s’est accrue, les rendant plus puissantes. Lorsque vous réglez votre grand-voile, vous devez vous concentrer sur trois points essentiels :

  1. Le réglage du guindant
  2. L’angle d’incidence
  3. Le réglage de la chute
Segel

Régler la grand-voile en réglant le guindant

Le profil de la grand-voile est, comme pour une voile d’avant, fortement influencé par la tension et l’angle au guindant. Par vent forcissant, la tension du guindant doit être augmentée, afin de contrôler le creux et optimiser le rendement. Le réglage de la tension au guindant se fait au winch sur la drisse de grand-voile et avec un cunningham le cas échéant. Un bout, fixé en pied de mât, passe dans l’œil de cunningham situé au-dessus du point d’amure, puis est ramené sur un bloqueur au pied de mât ou au cockpit (piano) pour pouvoir être pris au winch. Ce réglage est complété par celui de la tension sur la bordure.

Le rail d’écoute aussi bien que le hale-bas de bôme, sont utilisés pour contrôler la hauteur de la bôme. Sans ce réglage, la chute s’ouvrirait de trop, une fois l’écoute choquée, entrainant le faseyement de la chute et la dévente de la voile. L’angle de réglage se situe entre la direction du vent et la corde moyenne aérodynamique du mât. Le réglage de la grand-voile au moyen de son écoute est absolument nécessaire : plus elle sera bordée, plus l’angle d’attaque sera réduit.

Régler l'angle d'attaque avec le chariot d'écoute (traveller)

L’écoute de grand-voile est fixée sur un chariot monté sur un rail et contrôlé par des palans de chaque côté. Il permet de positionner le point d’écoute au vent ou sous le vent. Certains chariots sont équipés de taquets ou alternativement les taquets sont fixés en extrémités de rail ou sur le caisson de cockpit. Selon les bateaux, il existe de nombreuses solutions adaptées à chaque bateau et programme de navigation. La meilleure configuration pour un traveller est quand son rail traverse le cockpit dans toute sa largeur, que son chariot glisse sans contraintes et demeure réglable même sous forte charge. Le skipper peut donc choisir la position du point de tire de l’écoute et ainsi parfaire le réglage. Si on laisse le chariot filer sous le vent sans donner de mou à l’écoute, l’angle que fait la voile augmente, mais le dévers demeure inchangé.

Régler l'angle d'attaque avec le chariot d'écoute (traveller)

Lorsque la grand-voile est choquée et le chariot d’écoute est complètement débordé, le hale-bas permet le contrôle de la hauteur de bôme, la tension sur la chute et de ce fait du contrôle du dévers. Le dévers est la torsion du profil de la voile, du point d’écoute au point de drisse et il est contrôlé par le hale-bas de bôme, conjointement avec le chariot du rail d’écoute. L’écoute de grand-voile, elle, permet de régler l’angle de la voile.